Auxiliaire, secrétaire, peintre, ou porteur de café? Nous revendiquons une description de tâches!

Mélanie (1) , adjointe de recherche, a été surprise d’apprendre, après son embauche, qu’une de ses principales tâches est de servir le café à l’équipe de recherche et de faire le marché pour les lunchs de ceux-ci. Marc, quant à lui, ne s’attendait pas à ce que son emploi d’assistant mobilisateur comporte plusieurs tâches administratives comme de la comptabilité et de l’archivage. Mentionnons également que Jules s’est retrouvé à repeindre des locaux après avoir été embauché comme assistant de recherche. Dans les trois cas, lors de l’entrevue d’embauche, l’employeur n’a pas cru bon de leur présenter les fonctions de leur emploi respectif. Avoir su, peut-être n’auraient-ils pas accepté cet emploi. Malheureusement pour eux, leurs contrats ne spécifient pas leurs tâches, pas plus que ne le faisait l’offre d’emploi.

C’est pour éviter de telles situations que le SÉtuE revendique une description de tâches. Ce que le syndicat souhaite, c’est qu’une description normale des tâches accompagne l’offre d’emploi. Ainsi, les employé-e-s étudiant-e-s sauront à quoi s’attendre quant aux travaux à effectuer, car, avouons-le, les titres d’emplois sont plutôt vagues et peuvent permettre certains abus. L’employeur se sert de ces titres fourre-tout pour inclure de nombreuses tâches surprenantes. Malheureusement, rien ne l’oblige lors du processus d’embauche à spécifier les tâches rattachées aux emplois affichés.

Encore plus important que la description de tâches lors de l’affichage de postes est l’inclusion de cette description de tâches dans le contrat de travail. Si la description de tâches, lors de l’affichage de postes, nous permet de connaître les tâches à accomplir, les tâches identifiées au contrat de travail nous protègent lorsque nous jugeons que les tâches qui nous sont attribuées par notre employeur ne relèvent pas de notre poste, c’est-à-dire que nous saurons ce qui relève de notre poste et ce qui n’en relève pas. C’est pourquoi le SÉtuE revendique qu’une description de tâches soit incluse dans le contrat de travail. Ainsi, nous pourrons nous défendre si nous sommes lésé-e-s.

Finalement, ce que le SÉtuE revendique, c’est le droit pour Mélanie, Marc, Jules et pour toutes et tous les employé-e-s étudiant-e-s de connaître à l’avance les tâches qu’elles et ils auront à accomplir et, une fois embauché-e-s, d’avoir les outils nécessaires pour s’assurer que leurs tâches respectent l’entente qu’ils et elles ont conclue à l’embauche. Nous cherchons à éviter l’arbitraire que permettent les titres d’emplois fourre-tout et ainsi éviter la possibilité de nous faire imposer un peu n’importe quoi.

(1) Tous les noms sont fictifs.

1 Comment

  1. Oui, mais il y a des limites! Cette absence de description de tâches est carrément méprisante. Nous ne sommes pas des hommes et des femmes à tout faire, ni de la main-d’oeuvre bon marché à qui confier les tâches ingrates.

    – Une monitrice qui espère ne pas avoir à passer le balai pendant ses heures de travail…

Poster un Commentaire