Canoë : Cartes de crédit pour les études : « Ça répond à un besoin »

Même si des experts estiment que les cartes de crédit peuvent accroître l’endettement des étudiants, l’UQAM estime qu’elle « doit continuer à offrir ce service. »

« Ça répond à un besoin et nous sommes préoccupés d’offrir un bon service à nos étudiants », indique le porte-parole de l’institution, Daniel Hébert.

Celui-ci fait valoir que les étudiants universitaires « sont des adultes » et que l’utilisation du crédit, pour des achats virtuels par exemple, est dans l’air du temps.

L’UQAM préférerait cependant que la limite de crédit des étudiants demeure basse, reconnaît Daniel Hébert, afin de limiter les risques d’endettement.

Carte de débit ?

Par ailleurs, même si ce service lui a coûté 320 000 $, l’an dernier, l’UQAM estime que cette somme représente « une goutte d’eau » dans l’ensemble de son budget.

« Ce qui est envisagé, par contre, c’est une campagne de sensibilisation pour inciter nos étudiants à payer leurs frais de scolarité par carte de débit, car il n’y a pas de frais d’administration pour nous avec ce type de paiement », explique Daniel Hébert.

* * *

LES PAIEMENTS PAR CARTES DE CRÉDIT

UQAM

2008-2009 : 14,5 M$ (20 % de tous les paiements)

2007-2008 : 12,8 M$ (17,5 % de tous les paiements)

Université de Montréal

2008-2009 : 9,5 M$ (10 % de tous les paiements)

L’ENDETTEMENT CHEZ LES JEUNES EN CHIFFRES

77% des jeunes de 18 à 29 ans ont au moins une dette.

35% ont un solde impayé sur une carte crédit. C’est la seconde dette la plus répandue, suivie de la dette pour l’achat ou la location d’un véhicule, qui touche les jeunes dans une proportion de 21%

39,9% des jeunes ont une dette contractée par le prêt étudiant. C’est la dette la plus fréquente.

* * *

5 CONSEILS POUR ÉVITER DE PAYER SES ÉTUDES À CRÉDIT, selon Me Dominique Gervais d’Option Consommateurs

1 – Limiter son endettement le plus possible.

2 – Essayer de travailler à temps partiel.

3 – Ne pas succomber à la tentation de tout avoir maintenant.

4 – Faire preuve d’imagination pour se meubler, notamment. Surtout ne pas recourir à des plans du type « achetez maintenant, payez plus tard ».

5 – Demander un taux réduit sur sa carte de crédit (à la discrétion de la compagnie de crédit).

Consultez l’article intégral de Sébastien Ménard, du Journal de Montréal, paru sur le site de Canoë, le 22 juillet 2009.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire