Cas-type sur la propriété intellectuelle

La situation actuelle de Thierry, étudiant au doctorat, représente un exemple de l’opposition vécue par plusieurs entre travail et propriété intellectuelle.

Thierry fait de la recherche pour son directeur de thèse, qui lui propose d’écrire un article scientifique portant sur les résultats obtenus. Cependant, selon le professeur, ils sont co-auteurs de l’article et les heures effectuées à la rédaction de l’article ne comptent pas comme des heures travaillées.
Peut-être que votre professeur vous place dans une situation similaire, soit de choisir entre le fait d’avoir votre nom dans un article scientifique et être rémunéré pour le travail effectué. Le professeur pourtant payé, et vous, non ? Pourquoi ? Cela fait partie de votre formation ? Vrai et faux. Il est vrai que la publication dans une revue est une expérience formatrice, comme le stipule d’ailleurs la convention collective des étudiants et étudiantes employés-es de l’UQAM. Il n’y a donc aucune raison justifiant le faux choix que votre professeur vous demande de faire. Une heure travaillée = une heure payée, point final. Il est du devoir du professeur de vous rémunérer à juste titre. De plus, la politique sur la propriété intellectuelle (point 6.4 de la politique 36) mentionne, selon les critères établis que les personnes ayant contribuées significativement à un article scientifique doivent être considérées comme des auteur-e-s à part entière. Cette politique ne mentionne aucunement le faux choix que votre professeur vous propose.

Vous avez des questions ou vous voulez en savoir plus sur cette politique, allez sur le site internet suivant :

http://www.instances.uqam.ca/ReglementsPolitiquesDocuments/Pages/Politiqueno36.aspx

Vous vous sentez lésés dans vos droits de propriété intellectuelle ? Vous avez des questions ? Appelez-nous au poste 3234 ou écrivez-nous à l’adresse suivante: permanence.setue@gmail.com

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire