Cyberpresse : Grève au Musée des civilisations et au Musée de la guerre : Les négociations reprennent

Après 16 jours de grève, les deux parties dans le conflit au Musée canadien des civilisations et au Musée canadien de la guerre à Ottawa se sont assises, hier, pour la première fois pour discuter.

« J’ai espoir que ce soit un signe d’ouverture. Nous étions contents d’avoir la nouvelle mercredi matin lorsqu’on est arrivé sur la ligne de piquetage », a dit au Droit Mélissa Ferland, comédienne-interprète au Musée des civilisations et déléguée syndicale.

Selon elle, cette lueur d’espoir a fouetté les troupes. « Le patronat a engagé, hier, deux gardiens de sécurité pour nous filmer sur la ligne de piquetage. Ça nous a un peu choqués. C’est un peu étrange et on ne s’attendait pas à ça. Mais la reprise des négociations nous a motivés. »

Les deux parties sont retournées à la table des négociations vers 15 h, hier, après avoir reçu un appel en matinée d’un médiateur.

Du côté de la direction, la vice-présidente aux Affaires publiques des musées canadiens des civilisations et de la guerre, Chantal Schryer, affirme que toute reprise de négociations est bon signe et qu’il faut maintenant laisser les pourparlers suivre leurs cours.

« Nous, on est contents. C’est certain que c’est mieux de se parler que de ne pas se parler. Le médiateur a convoqué les deux parties, qui sont ensemble. »

Les 420 syndiqués membres de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) ont déclenché la grève, le 21 septembre dernier. Les musées demeurent ouverts, mais le conflit a forcé l’annulation de certains événements et programmes aux deux musées.

Activités perturbées

Le conflit, jumelé au ralentissement économique, ont notamment forcé l’annulation du traditionnel Bal historique costumé du Musée des civilisations, qui a pour but d’amasser de l’argent pour acheter des artefacts. Par contre, le Rendez-vous international de la BD de Gatineau doit se dérouler comme prévu, à compter d’aujourd’hui jusqu’à lundi.

Les employés du Musée des civilisations et du Musée de la guerre réclament entre autres la parité avec leurs collègues des autres musées fédéraux de la région d’Ottawa. La sous-traitance et le recours aux employés temporaires sont aussi au coeur du litige.

Consultez l’article intégral de Louis Lafortune de l’édition du 7 octobre 2009 du Droit publié sur Cyberpresse.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire