Gouvernance des universités et frais de scolarité: le CPQ s’éparpille

MONTREAL, le 17 août /CNW Telbec/ – Lors d’une sortie prévisible, le Conseil du patronat du Québec (CPQ) profite du débat sur le projet de loi 38 pour réclamer la déréglementation des droits de scolarité. « Au lieu de se concentrer sur le projet de loi sur la gouvernance, le CPQ a encore récité sa litanie sur la libéralisation des droits de scolarité. En libéralisant les droits de scolarité, ce sont les étudiants et les familles provenant de la classe moyenne qui seront pénalisés », a indiqué Jean Grégoire, président de la Fédération étudiante universitaire du Québec.

En effet, la libéralisation des droits de scolarité est une atteinte directe à l’égalité des chances, à l’équité intergénérationnelle et à l’accessibilité aux études, particulièrement en région. D’emblée, elle
constituerait un obstacle majeur à la formation d’une main-d’oeuvre qualifiée et diversifiée. Notons, à ce chapitre, que la présente augmentation des droits de scolarité empêchera entre 6 000 et 13 000 étudiants d’avoir accès à l’université. Une libéralisation des droits de scolarité amplifierait
considérablement cette réalité.

« La FEUQ espère que la ministre va maintenir le débat centré sur la transparence, l’imputabilité et la collégialité des universités, les vrais enjeux des audiences sur la gouvernance, plutôt que de se laisser distraire par le CPQ », a mentionné Jean Grégoire. A ce sujet, dans son mémoire, la FEUQ propose des solutions concrètes afin de bonifier et d’améliorer le projet de loi 38. Notamment, la FEUQ suggère que le conseil d’administration soit composé à majorité de membres provenant de la communauté universitaire, ces derniers étant les plus compétents afin de diriger les universités. Elle
conseille aussi de renforcer la reddition de compte et d’étudier la possibilité de créer un organisme indépendant chargé de l’évaluation des universités.

Depuis plus de 20 ans, la FEUQ représente les étudiantes et les étudiants universitaires du Québec. Composée de 15 associations membres et forte de plus de 120 000 membres, la FEUQ est le plus important groupe jeunesse au Québec.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire