Hausse des frais de scolarité: quel rôle pour le SÉTUE?

En tant qu’étudiantes et étudiants employé-e-s, nous sommes évidemment affecté-e-s par cette nouvelle hausse vertigineuse des frais de scolarité de 1625$. Non seulement celle-ci aura pour effet de nous appauvrir mais elle témoigne d’une dérive de notre système d’éducation, tendant à faire du savoir une marchandise. La position historique du SÉTUE étant en faveur de la gratuité scolaire, il est évident que nous nous opposerons de toutes nos forces à cette nouvelle attaque envers le droit à l’éducation. De nombreuses associations étudiantes ont lancé la mobilisation, à l’UQAM comme ailleurs, dans l’espoir de voir une mobilisation d’une ampleur suffisante pour faire reculer le gouvernement sur sa décision, ce qui ne sera pas une mince tâche. En effet, la mobilisation étudiante devra être appuyée en mots et en actions par d’autres mouvements, tels que les syndicats, et particulièrement ceux oeuvrant dans le domaine de l’éducation.

C’est peut-être dans ce sens que le SÉTUE pourra être le plus utile à la lutte à venir, en utilisant notre double statut d’étudiantes et étudiants et de travailleurs et travailleuses pour tisser des liens entre les mouvements étudiants et syndicaux, notamment. Toutefois, le rôle que notre syndicat doit jouer dans cette mobilisation reste à déterminer collectivement en Assemblée Générale. C’est pourquoi nous proposons de traiter de cette question lors de la rencontre du 28 septembre.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire