Dois-je reprendre les heures « perdues » durant la grève?

Lorsque nous signons un contrat, nous signons pour une période déterminée. Les disponibilités définies par le contrat entre l’employé-e étudiant-e et l’UQAM ne sont pas reportables.

Plus précisément, pour la grève étudiante de l’hiver 2012:

  • Exemple 1: Isabelle a signé pour la session d’hiver un contrat comme correctrice en histoire: elle a été payée pour 100 heures de travail, mais n’a pas eu de travail à faire puisque les étudiant-e-s du département d’histoire étaient alors en grève. La date initialement prévue de remise des notes, et donc de fin de son contrat, était le 4 mai 2012. Elle a donc été payée 100 heures sans pouvoir effectuer son travail, faute de travaux à corriger. Tant mieux pour elle, tant pis pour l’UQAM.
  • Exemple 2: Nour a signé pour la session d’hiver un contrat de monitrice de langue de français: elle a été payée pour 100 heures de travail et s’est engagé jusqu’au 4 mai 2012. Les étudiant-es de français langue seconde sont rentré-es en classe au début du mois d’avril. Nour doit donc travailler jusqu’au 4 mai 2012. Si, elle fait moins que 100 heures, tant mieux pour elle. Elle ne doit pas en faire plus, à moins qu’on ne lui propose et qu’elle signe une extension de contrat.