La grève aux musées dure depuis 58 jours: Le Musée des civilisations cherche-t-il à battre un record?

OTTAWA, le 17 nov. /CNW Telbec/ – Les travailleuses et travailleurs du Musée des civilisations et du Musée de la guerre sont en grève depuis 58 jours, soit environ une semaine de plus que la grève d’OC Transpo l’an dernier. Après huit semaines de piquetage, de rédaction de lettres, de pressions et de manifestations devant les bureaux de politiciens, il n’y a toujours aucune négociation entre les parties.

« Nous avons travaillé fort pour bâtir et maintenir ces institutions », déclare Daniel Poulin, guide au musée et président de la section locale 70396 de l’AFPC. « Le Musée canadien des civilisations et le Musée de la guerre comptent parmi les plus prestigieuses institutions culturelles au Canada. Il est déplorable que la direction des musées ait agi de manière aussi irresponsable. Qui plus est, le gouvernement n’a rien fait de concret pour régler ce conflit. »

Les 420 travailleuses et travailleurs des deux musées sont en grève depuis le 21 septembre 2009. À la fin du mois d’août, ils ont voté à 92 % pour la grève. Le 18 septembre, les pourparlers se sont enlisés. Les négociations ont repris brièvement le 7 octobre, mais ont aussitôt pris fin lorsque l’employeur a refusé d’accorder des protections contre la sous-traitance.

« Il est temps que le gouvernement assume sa part de responsabilité », déclare Maria Fitzpatrick, vice-présidente exécutive de l’AFPC-RCN. « Il a fallu 51 jours pour régler la grève d’OC Transpo et celle des employés municipaux de Toronto. La direction des musées et le gouvernement cherchent-ils à égaler la marque de l’Université York, dont la grève a duré 84 jours? Combien de temps sont-ils prêts à priver la population des services importants offerts par ces travailleuses et travailleurs? »

Le 6 novembre, des membres du musée ont occupé le bureau de Lawrence Cannon, député responsable de la région de l’Outaouais et ministre des Affaires étrangères.

Le 5 novembre, les grévistes ont manifesté sur la Colline, accompagnés de centaines de partisans. Ils ont reçu des mots d’encouragement de Jack Layton, chef du NPD, et de Gilles Duceppe, chef du Bloc Québécois. Depuis, les grévistes piquettent quotidiennement devant le bureau du premier ministre et celui de James Moore, ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, à l’édifice de la Confédération, ainsi que sur la Colline du Parlement.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire