Le SÉTUE renonce aux intérêts de ses placements

À la réunion du Comité exécutif du 22 avril 2013, nous avons décidé de transférer notre compte bancaire à la Caisse d’économie solidaire.  Une des raisons qui motivait cette décision était le désir de ne plus recevoir d’intérêts pour nos placements, essentiellement l’argent que nous conservons pour notre Fonds de grève.  Selon nos Statuts et règlement, nous sommes tenus de mettre de côté un pourcentage de nos revenus dans un Fonds qui pourrait éventuellement servir à nous soutenir durant une grève.

 

Lors de cette réunion, il nous est apparu insensé de récolter des intérêts à partir du placement que constitue ce Fonds de grève.  Lorsqu’on investit de l’argent dans des placements traditionnels, peu importe qu’on soit un individu ou une entreprise, on se pose rarement la question de savoir exactement d’où vient les intérêts qu’on en tire.  Mais ces intérêts représentent une dépense additionnelle que doit payer l’entreprise à son institution prêteuse.  Et cet argent vient nécessairement de quelque part.  Ces frais additionnels finissent toujours par exercer une pression sur les finances des entreprises… et donc, d’une manière ou d’une autre, sur les salaires de leurs employéEs.

 

Non seulement le SÉTUE n’a pas pour objectif de maximiser ses revenus, mais il adhère à des principes fondamentaux d’équité et de partage des ressources.  À la Caisse d’économie solidaire, nous avons pu mettre notre argent dans un placement où nous renonçons à nos intérêts.  L’argent est mis dans un fonds qui vient en aide à des entreprises en difficulté qui sont membres de la Caisse.

Jacques Duranceau

Responsable aux finances