Mobilisons-nous massivement pour la prochaine Assemblée générale du SÉtuE !

Elle aura lieu le jeudi 11 avril 2013, à 12h30 à 14h, au N-M360 : lunch, café, thé offerts sur place !

Il est essentiel que nous soyons très nombreux et nombreuses pour cette Assemblée générale !!

Non seulement, c’est THE Assemblée annuelle d’élections : tous les postes du Comité Exécutif sont ouverts et tous les postes de délégué-es sont remis à zéro !! Mais c’est aussi, une Assemblée cruciale pour faire état de la mobilisation des étudiant-es employé-es : les 2 dernières Assemblées générales ont dû être transformées en Conseil syndical élargi …. le 11 avril, soyons présent-es en nombre !

Nous commencerons avec l’adoption officielle des États financiers et du Budget (adoptés provisoirement lors du dernier Conseil syndical élargi), présentés avec la clarté et la brièveté habituelle de notre responsable aux finances.

Puis ce sera le moment des élections : la plupart des membres actuel du Comité exécutif se représente, mais tous les postes sont ouverts aux candidatures ! Deux en particuliers n’ont pas encore reçu de candidature : La Vice-Présidence (ou « affaires internes » : suivi de l’interfacultaire, de l’intersyndicale et des dossiers internes à l’UQAM) et la Coordination des délégué-es (coordonne le Conseil syndical et une grande partie de la mobilisation de terrain). Deux postes particulièrement passionnant donc ! Il faut compter une implication (rémunérée) de 10 à 15 heures par semaine.

Ce sera aussi le moment d’élire l’ensemble des délégué-es (généralement on procède à une élection en bloc) : les délégué-es sont les yeux et les oreilles du syndicat sur le terrain ! selon leur disponibilités, ils peuvent s’impliquer (de manière rémunérée) de quelques heures par mois à plusieurs heures par semaine. Une description plus détaillée est disponible ici.

Enfin, nous devrons commencer à prendre des positions et à donner des mandats à notre équipe de négociation ! Nous commencerons dès cette AG, en nous positionnant sur la règle de non-dépassement de la moyenne de « 15 heures de travail par semaine ». Vous trouverez un article qui explique en quoi cette clause est une clause patronale paternaliste. Toutefois, il y a aussi des arguments qui militent en faveur de cette règle (démocratisation des contrats, multiplication de l’accès à un travail bien rémunéré). On en parle le 11 avril !
(Event Facebook de l’AG)