Radio-Canada : Secteur de la construction : Front commun syndical

Coup de théâtre dans le milieu de la construction : l’Alliance syndicale tend la main à la FTQ-Construction.

Le plus important regroupement de syndicats de la construction se trouvait jusqu’ici exclu de la négociation des conventions collectives régissant l’ensemble de l’industrie. Les quatre autres syndicats de la construction avaient formé une alliance pour constituer une majorité.

Il s’agit d’une première historique, affirme le porte-parole de l’Alliance syndicale, Donald Fortin.

C’est aussi une bonne nouvelle pour la FTQ-Construction, dont l’image est égratignée par une série de révélations dans les médias.

« Les temps changent. Les discussions sont entamées depuis longtemps avec l’alliance. C’est sûr qu’il y avait quelques irritants; on a travaillé là-dessus. L’entente, c’est pour que tous les travailleurs de la construction soient représentés. Et l’alliance a démontré beaucoup d’ouverture envers nous autres aussi », s’est félicité Yves Ouellet, le nouveau directeur général de la FTQ-Construction.

MM. Forton et Ouellet ne croient pas que ce soit l’arrivée d’une nouvelle direction à la FTQ-Construction qui a fait avancer les choses.

L’état des négociations

Pour ce qui est des négociations proprement dites avec les associations d’employeurs, celles-ci varient selon le secteur d’activités.

Dans le secteur résidentiel, les discussions se poursuivent, mais il y a un « blocage », selon Donald Fortin. En revanche, les discussions « vont bien » dans le secteur du génie civil et une entente semble envisageable. Il reste toutefois à régler la question des chantiers éloignés.

Dans le secteur commercial et institutionnel, les pourparlers vont bien, ce qui n’est pas le cas dans le secteur industriel.

L’un des principaux enjeux pour les ouvriers est le fonds de retraite, qui a été très affecté par les pertes à la Caisse de dépôt et placement du Québec.

L’Alliance espère parvenir à s’entendre avec les associations d’employeurs d’ici le 24 juin.

Les cinq organisations syndicales de la construction sont, par ordre d’importance :

* La FTQ-Construction, qui représente 43 % des ouvriers;
* Le Conseil provincial, 26 %;
* La CSD-Construction, 14 %;
* La CSN-Construction, 10,6 %;
* Le Syndicat québécois de la construction, 6 %.

Négociations complexes

Le régime de négociation dans la construction est fort complexe. Les cinq organisations syndicales négocient, selon le secteur, avec quatre associations patronales : l’Association provinciale des constructeurs d’habitation du Québec (APCHQ), pour le secteur résidentiel, l’Association des constructeurs de routes et de grands travaux, pour le secteur du génie civil et de la voirie, et l’Association de la construction du Québec, pour les secteurs industriel, commercial et institutionnel. Les syndicats négocient aussi les clauses communes aux quatre secteurs avec l’Association des entrepreneurs en construction du Québec.

Les conventions collectives sont négociées tous les trois ans. La dernière est arrivée à échéance le 30 avril dernier.

Consultez l’article intégral paru dans l’édition du 14 juin 2010 de Radio-Canada.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire