Recherche sur la conciliation travail-famille-études

En février dernier, le comité féministe du SÉTUE a réalisé un sondage afin de sonder ses membres sur la problématique de la conciliation travail, famille et études dans le but de nous permettre d’avoir une idée un peu plus juste de la présence des parents-étudiants.  Nous avons récolté 153 réponses auprès des membres du SÉTUE,  parents ou non-parents.

Des questionnaires papier ainsi que des sondages électroniques ont été utilisés. 26 réponses en version papier ont été récoltées. De ces réponses, 5 répondant-e-s étaient des parents-étudiants. Quant à elle, la  version électronique nous a permi d’obtenir 127 réponses, dont 60 étaient des parents-étudiants, soit 47,2% des répondant-e-s. Le formulaire en ligne semble avoir été le médium le plus efficace pour rejoindre les parents-étudiants, peut-être que ces derniers, dernières se sont senti-e-s tout simplement plus interpellé-e-s.

Les réponses aux questions

Services offerts

25%, soit le quart des répondant-e-s, trouvent que les services sont peu ou pas du tout adaptés aux parent- étudiants.

29% des répondant-e-s ont répondu «ne s’applique pas».

42 % des répondant-e-s trouvaient que les services étaient un peu ou moyennement adaptés. Finalement, un maigre 3% trouvait que les services étaient très bien adaptés à leur réalité d’étudiant-e-s employé-e-s.

Nous voyons qu’il y a un grand nombre de personnes qui considèrent que les services sont peu adaptés à la réalité des parents-étudiants.

Service de garde

Sur la thématique du service de garde, les avis sont partagés. 14% des répondant-e-s trouvent que l’offre de service de garde n’est pas adapté à leur condition, tandis que 13% trouvent que l’offre de service de garde les sert bien. Il reste 72% des personnes à qui la question ne s’appliquait pas.

À la question Saviez-vous que le Comité de Soutien aux Parents Étudiants (CSPE) travaille actuellement à la mise en place d’une politique familiale qui permettrait de reconnaître les besoins spécifiques des parents étudiants? 60% ont répondu non.

Finalement,  concernant le profil général des répondant-e-s, 86% étaient inscrit-e-s à temps plein et 55% ne bénéficiaient pas d’aide financière aux études. De plus, sur les réponses papier, aucun-e de 5 parents-étudiants ne recevaient d’aide financière aux études. La majorité ne reçoit pas de bourse autre que celle de l’AFE. 42% des répondant-e-s doivent avoir un travail à l’extérieur de l’UQAM.

Section qualitative

Voici quelques exemples des choses que l’UQAM devrait améliorer selon les répondant-e-s au sondage :

  • Problématique en sciences: les cours qui commencent avant 9h30 complexifient la conciliation travail, famille, études;
  • Congés parental et de paternité à améliorer;
  • Problématique avec l’AFE et le calcul de la pension alimentaire;
  • Manque de flexibilité de la part de l’UQAM et du corps enseignant;  
  • Que l’UQAM offre des formations sur la gestion du temps;
  • Que l’UQAM offre un service de garde ponctuel, une halte-garderie.