Rémunération – Les employés de l’État n’ont pas encore rattrapé le secteur privé

La dernière convention collective négociée par le gouvernement Charest et les employés de l’État n’aura pas permis à ces derniers de rattraper le retard qu’ils accusent depuis plusieurs années au chapitre de la rémunération par rapport aux autres travailleurs.

Une analyse préliminaire de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) indique que l’augmentation de 0,5 % prévue à la nouvelle convention collective n’aura pas d’influence significative sur les retards, qui demeurent constants.

Les employés de l’administration québécoise accusent en effet un retard salarial de 10,4 % par rapport aux autres travailleurs. Cet écart diminue à 5,4 % lorsqu’on inclut dans le calcul les avantages sociaux et les heures de travail.

Les seuls travailleurs qui arrivent derrière les employés de l’État québécois sont les travailleurs non syndiqués, qui accusent un retard de 6,9 % au chapitre de la rémunération globale. Encore là, toutefois, si l’on ne tient compte que des salaires, les travailleurs non syndiqués ont une légère avance de 3,5 % par rapport aux syndiqués de l’État.

À l’opposé, ce sont les fonctionnaires fédéraux qui obtiennent les meilleurs salaires, avec une avance de 18,2 % sur leurs collègues québécois. Quant à la rémunération globale, ce sont les employés municipaux qui remportent la palme grâce à un écart de 29,6 % en leur faveur.

L’Institut reconnaît, cependant, que ses données ont certaines limites. Par exemple, les données des travailleurs du secteur privé proviennent uniquement d’entreprises de plus de 200 employés, alors qu’une proportion importante de travailleurs québécois oeuvrent dans des PME. De plus, les infirmières et les enseignants sont exclus du calcul en raison d’une base de comparaison insuffisante dans le secteur privé.

Source: Le Devoir

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire