Rencontre économique de Lévis: La voix des étudiants bâillonnée

MONTRÉAL, le 21 janv. /CNW Telbec/ – La Rencontre économique qui se tient présentement à Lévis compte de grands absents : les étudiants! Alors que Jean Charest souhaite parler de l’avenir économique du Québec, la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) sont étonnées qu’aucune organisation représentant la jeunesse québécoise n’ait été invitée. « C’est quand même ironique que le ministre d’État à la Jeunesse, Monsieur Jean Charest, n’ait pas aménagé une place aux jeunes lors de cette rencontre et qu’il les garde à l’écart », a déclaré Xavier Lefebvre Boucher, président de la FECQ.

Cette volonté d’exclure les étudiants des discussions est encore plus inexplicable lorsque l’on apprend que la Fédération des cégeps et la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CRÉPUQ) ont été invitées à la dernière minute. À voir la liste des invités, les fédérations étudiantes seraient des plus étonnées que la question de la déréglementation des frais de scolarité ne soit pas abordée. « Il aurait été avisé que le gouvernement invite à son tour les représentants étudiants. Au lieu d’assister à un débat juste et équilibré, les participants auront une vision tronquée de la réalité », a décrié Jean Grégoire, président de la FEUQ.

Pour la FECQ et la FEUQ, le gouvernement aurait dû mettre en place un processus de consultation pragmatique et inclusif qui aurait réuni autour d’objectifs communs le milieu des affaires, les organismes communautaires, les représentants des groupes jeunesse, le monde de l’éducation et les élus municipaux. Selon les fédérations, l’avenir social, culturel et économique du Québec passe par une occupation dynamique du territoire. « Il y un problème criant au niveau du financement des cégeps en régions. Le gouvernement Charest aura-t-il le courage d’aborder la question du financement des cégeps en fonction des réalités régionales lors de cette rencontre? », a demandé M. Lefebvre Boucher. « On dirait que le gouvernement Charest préfère limiter au minimum les délibérations et bâillonner la société civile. Ce genre de réunion à huis clos va nous conduire tout droit à une érosion de la stratégie proposée, puisque personne n’adhèrera à un plan imposé par le haut », a poursuivi M. Grégoire.

« On tient à rappeler à M. Charest que pour envisager un avenir prospère pour notre société, il faut commencer par préserver les acquis sociaux des quarante dernières années », ont conclu MM. Grégoire et Lefebvre Boucher.

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) représentent ensemble près de 165 000 étudiants au Québec.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire