Report de l’adoption des projets de loi sur la gouvernance: la TaCEQ exige le retrait définitif

QUÉBEC, le 13 nov. /CNW Telbec/ – La Table de concertation étudiante universitaire (TaCEQ) demande à la ministre de profiter de l’occasion du report à la session d’hiver des projets de loi 38 et 44 pour les abandonner une fois pour toutes.

Bien que les principes du projet de loi 44 aient été adoptés, l’annonce d’un possible abandon du projet de loi 38, rendue publique par Le Courrier parlementaire, s’avère un premier pas dans la bonne direction. « Cette nouvelle nous indique que la ministre semble avoir compris le message lui ayant été adressé lors des commissions parlementaires. Nous espérons que Mme Courschesne confirmera cette nouvelle dans les prochains jours », explique Olivier Jégou secrétaire général de la TaCEQ.

Pour la TaCEQ, il est clair que l’imposition d’une culture d’entreprise dans les institutions universitaires et la diminution de l’influence de la communauté collégial et universitaire sur la prise de décision ne fera qu’accroître les problèmes de gestion de celles-ci. Confrontées à un sous-financement chronique depuis plus d’une décennie, les changements en matière de gouvernance n’aidera pas plus les universités québécoises à faire de meilleurs choix de gestion. « La ministre de l’Éducation doit enfin comprendre que les universités les plus performantes sont d’abord les mieux financées », soutient M. Jégou.

La TaCEQ travaille activement à la campagne dénonçant les projets de loi sur la gouvernance des institutions d’enseignement postsecondaire. Après avoir fait entendre la voix de ses membres en Commission parlementaire, la TaCEQ continuera son travail d’opposition avec les différentes associations étudiantes et acteurs syndicaux du milieu postsecondaire, qui demandent eux aussi le retrait des projets de loi 38 et 44.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire