Consignes syndicales pendant la grève du SPPEUQAM (professeur·es enseignant·es) et les grèves étudiantes

Auteur :

Les nouvelles circonstances entourant la grève des professeur·es enseignant·es (anciennement appelé·es chargé·es de cours) nécessitent que nous vous informions de nouvelles consignes.

Rappel:
Les membres du SÉTUE ne sont pas en grève. En effet, le droit de grève des travailleur·euse·s est limité par l’article 142 du Code du travail et il ne peut être exercé qu’à certains moments de la négociation de la convention collective. Dans le cas d’une grève d’un autre syndicat, les membres du SÉTUE sont tenu·e·s de se présenter au travail. Toutefois, personne n’est tenu·e de franchir des lignes de piquetage ou de travailler dans des conditions qui pourraient menacer leur sécurité (voir en ce sens l’article 11.06 de notre convention collective).

Si vous travaillez pour un·e professeur·e (membre du syndicat SPUQ) :

Si vous devez effectuer votre travail à l’UQAM,  il est obligatoire de vous présenter sur les lieux de travail pour constater s’il vous est possible d’entrer sur votre lieu de travail par les portes habituelles. Si ce n’est pas possible, vous devez contacter votre employeur·et, s’il est joignable, afin de connaître ses directives. Peut-être serez-vous autorisé·e à faire du télétravail ou vous sera-t-il proposé un autre accommodement. Si vous refusez de travailler, votre employeur·e sera en droit de vous réclamer ces heures ou de ne pas les rémunérer. Si vous êtes correcteur·ices ou auxiliaire de recherche et que votre présence à l’UQAM n’est pas requise, vous êtes tenu·e·s d’honorer votre engagement.

Si votre employeur·e est un.e professeur·e enseignant·e (anciennement appelé chargé·e de cours):

S’il est membre du SPPEUQAM, donc en grève, et que vous vous trouvez dans l’impossibilité d’effectuer votre prestation de travail, vous pouvez quitter les lieux de l’emploi et être rémunéré·e pour votre journée de travail puisque que vous étiez disponible et disposé·e à travailler. Notez également que ces heures ne sont pas reportables. Pour les auxiliaires d’enseignement (contrat de correction) et de recherche, vous devez prendre les moyens raisonnables pour honorer vos engagements et accomplir vos tâches, dans la mesure où la supervision de la personne chargée de cours n’est pas requise pour la poursuite de vos tâches.

Loi anti-briseur de grève (anti-scab): 

Selon le Code du travail du Québec, vous ne pouvez pas effectuer les tâches d’un·e chargée·e de cours ou exécuter leurs tâches à leur place  puisque ceci irait à l’encontre de la loi anti-briseur de grève (anti-scab).

EN BREF:

Les membres du SÉTUE doivent se présenter à leur travail comme à l’habitude, honorer leur contrat dans la mesure du possible. Toutefois, si les conditions de travail ne sont pas adéquates (absence d’étudiant·es, perturbation, tintamarre, etc.), ou si le contexte n’est pas sécuritaire pour vous, vous avez le droit de quitter les lieux. Si vous êtes en situation de travail dans un cours et que le cours est levé ou perturbé, vous devrez quand même être payé·e pour les heures prévues dans ce cours.

En cas de doute, vous pouvez nous contacter: 514-987-3000 poste 3234 ou par courriel à permanence.setue@gmail.com ou via notre page Facebook

Articles reliés

Nouveau taux salarial – Avril 2024

Vérifiez bien vos paies, votre taux salarial vient d’augmenter ! Contactez le service des […]

Un correctothon dans l’Agora

Des militant·e·s du Syndicat des étudiant·e·s employé·e·s (SÉTUE) de l’Université du Québec à Montréal […]

PV de l’Assemblée Générale du 1er février 2024

Vous pouvez consulter le procès-verbal de la dernière Assemblée générale du SÉTUE ayant eu […]