Consignes syndicales pendant la grève et le blocage du SEUQAM

Type d’information :
Auteur :

Le Syndicat des employées et employés de l’UQAM (SEUQAM) annonce un arrêt de travail général d’une durée de 24 heures le jeudi 9 octobre. Des lignes de piquetage seront aussi tenues afin de bloquer l’université. Sans contrat de travail depuis le 31 mai 2012 et en négociation avec la direction de l’Université depuis mars 2013, les quelques 2000 employés-es de l’institution veulent ainsi augmenter la pression d’un ton et dénoncer la lenteur des pourparlers avec leur employeur.

Quoi faire en tant que membre du SÉTUE

Il faut faire attention, car ce ne sont pas les membres du SÉTUE qui ont voté la grève. En effet, le droit de grève des travailleurs et travailleuses est limité par l’article 142 du Code du travail, au point où il ne peut être exercé qu’à certains moments de la négociation de la convention collective. Donc, dans le cas d’une grève d’un autre syndicat, les membres du SÉTUE sont tenu-es de se présenter au travail.

Toutefois, personne n’est tenue de franchir des lignes de piquetage ou de travailler dans des conditions qui pourraient menacer leur sécurité (voir en ce sens l’article 10.06 de notre convention collective). En ce sens, rien ne vous oblige à franchir les lignes de piquetage du SEUQAM. Plus largement, le mot d’ordre du SÉTUE est de ne les franchir sous aucun prétexte. Tout d’abord parce que c’est ce que la solidarité syndicale la plus élémentaire commande. Mais surtout parce que, dans leur lutte contre l’administration de l’UQAM, le SEUQAM mène finalement la même lutte que le SÉTUE contre l’austérité et les compressions libérales.

Donc si vous êtes dans l’impossibilité d’effectuer votre travail (du fait des lignes de piquetage), vous pouvez quitter les lieux de l’emploi et être rémunéré-e pour votre journée de travail. Si vous ne pouvez pas fournir votre prestation de travail parce que l’UQAM ne peut vous donner de travail, vous devez être payé-es, car vous êtes disponibles à l’emploi. Les heures ne sont pas reportables. Vous devez tout de même vous présenter sur les lieux de travail pour constater votre impossibilité à travailler. Si cette situation se présente, afin de vous protéger légalement, nous vous invitons à contacter le bureau du SÉTUE au 514-987-3000 poste 3234, pour qu’un-e délégué-e puisse venir vous servir de témoin dans la constatation de l’impossibilité à travailler.

Autrement, par solidarité syndicale, nous vous invitons aussi à appuyer le SEUQAM en participant, en dehors de vos heures de travail, à leur mobilisation. Vous pouvez suivre le SEUQAM sur Facebook via ce lien.

 

Articles reliés

Nouveau taux salarial – Avril 2024

Vérifiez bien vos paies, votre taux salarial vient d’augmenter ! Contactez le service des […]

Un correctothon dans l’Agora

Des militant·e·s du Syndicat des étudiant·e·s employé·e·s (SÉTUE) de l’Université du Québec à Montréal […]

PV de l’Assemblée Générale du 1er février 2024

Vous pouvez consulter le procès-verbal de la dernière Assemblée générale du SÉTUE ayant eu […]