Est-ce que le coût élevé des études en médecine est mauvais pour la santé des Canadiens?

Type d’information :
Auteur :

OTTAWA, le 25 mai /CNW Telbec/ – Le coût élevé de l’éducation médicale au Canada pourrait avoir un impact négatif sur la diversité des étudiants en médecine et sur la santé des Canadiens, selon une étude qui sera publiée le 25 mai, 2010 par le périodique Medical Education.

« La diversité de la population étudiante en médecine est très importante pour la planification des ressources humaines du système de santé et pour le système de santé canadien en général », explique le Dr Tyler Johnston, président de la Fédération des étudiants et des étudiantes en médecine du Canada (FEMC). « L’augmentation de la diversité des étudiants en médecine pourrait en fait augmenter l’accessibilité aux soins médicaux dans les régions mal desservies. Nous savons que les étudiants en médecine provenant de régions rurales sont plus susceptibles de pratiquer dans une communauté rurale et les étudiants provenant de familles à faible revenu sont plus susceptibles de desservir des patients de groupes à faible revenu. Ce sont des communautés où nous avons besoin de médecins. »

Une nouvelle étude menée par le Dr Shaheed Merani, étudiant en médecine à l’Université de l’Alberta, et supportée par des membres du corps professoral de l’Hôpital St. Michael et de l’Université de Toronto, a révélé que la plupart des étudiants en médecine proviennent de familles riches. De plus, peu d’étudiants en médecine sont issus de régions rurales et la diversité ethnique de la population canadienne n’est pas bien représentée dans les classes des facultés de médecine.

Ces constatations surgissent au moment où les frais de scolarité de plusieurs facultés de médecine au Canada continuent d’augmenter, se rapprochant de 20 000$ par année dans certaines facultés.

Pour la première fois au Canada, les chercheurs ont effectué une comparaison entre les étudiants en médecine au Québec et ceux des autres provinces. « Depuis le début des années 90, les frais de scolarité des facultés de médecine ont augmenté considérablement dans toutes les régions du Canada sauf au Québec », déclare le Dr Merani. « Cette situation a représenté une occasion propice d’examiner l’effet de l’augmentation des frais de scolarité sur la démographie étudiante en médecine, l’endettement et le stress financier. »

Au Québec, où les frais de scolarité s’élèvent généralement à 4000 $ par année, le niveau médian d’endettement au moment de la remise des diplômes était de 30 000 $. Les chercheurs ont constaté que les étudiants au Québec étaient plus susceptibles de provenir de familles à faible revenu, cumulaient moins de dettes au moment de la remise des diplômes et étaient moins susceptibles de souffrir de stress provoqué par leur situation financière. À l’extérieur du Québec, la dette moyenne au moment de la remise des diplômes d’études médicales était de 90 000$.

« Les Canadiens devraient être préoccupés par le fait que les étudiants en médecine terminent leurs études souvent avec des dettes pouvant atteindre les six chiffres », ajoute le Dr Johnston. « Avec un niveau d’endettement important, les étudiants pourraient être moins motivés à poursuivre des carrières en recherche ou à choisir de pratiquer la médecine familiale ou la gériatrie. »

« Nous reconnaissons que les gouvernements et les universités doivent composer avec une pression financière considérable, mais de permettre aux frais de scolarité d’influencer la composition démographique des facultés de médecine est injuste pour les futurs étudiants et pourra vraisemblablement comporter des effets négatifs sur la santé des Canadiens », conclut le Dr Johnston. « Nous devons faire davantage pour identifier les élèves talentueux issus de milieux sous-représentés et s’assurer que ces étudiants reçoivent le soutien nécessaire pour faire demande à un programme d’études en médecine et le compléter avec succès. »

La Fédération des étudiants et des étudiantes en médecine du Canada (FEMC) est une organisation nationale qui représente plus de 7 000 étudiants en médecine de 14 facultés de médecine au Canada.

Articles reliés

Nouveau taux salarial – Avril 2024

Vérifiez bien vos paies, votre taux salarial vient d’augmenter ! Contactez le service des […]

Un correctothon dans l’Agora

Des militant·e·s du Syndicat des étudiant·e·s employé·e·s (SÉTUE) de l’Université du Québec à Montréal […]

PV de l’Assemblée Générale du 1er février 2024

Vous pouvez consulter le procès-verbal de la dernière Assemblée générale du SÉTUE ayant eu […]