Groupes de femmes privés de subventions fédérales: Des coupes idéologiques selon la CSN

Type d’information :
Auteur :

MONTRÉAL, le 5 mai /CNW Telbec/ – « Le gouvernement conservateur doit cesser immédiatement de s’attaquer aux groupes de femmes qui s’opposent à son refus de financer l’avortement à l’étranger. »

La présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, qualifie d’obsessif le gouvernement conservateur qui menace un droit fondamental acquis de haute lutte. Elle critique vertement cette prise de position en matière d’aide internationale. « C’est un leurre de penser que la santé maternelle peut être assurée en excluant le recours à l’avortement. Le gouvernement fait preuve de mépris envers les femmes », s’est-elle exclamée.

Selon la dirigeante syndicale, le gouvernement conservateur tente d’imposer son idéologie aux pays les plus pauvres, alors que le droit à l’avortement est une réalité depuis longtemps au Canada.

« Le chantage du gouvernement conservateur est inadmissible. Cela s’ajoute aux coupes subies il y a deux ans par les groupes féministes et de défense des droits les plus militants et aux nombreuses tentatives de retour en arrière par des projets de loi privés sur la question du droit à l’avortement.

Depuis sa décriminalisation en 1988, le droit à l’avortement n’a jamais fait l’objet d’autant de menaces politiques que depuis l’arrivée au pouvoir de ce gouvernement. Rappelons qu’en 2008, tous les députés conservateurs – dont le premier ministre Harper – sauf quatre, ont voté en faveur du projet de loi C-484. Ce projet de loi aurait permis d’octroyer des droits au fœtus, ce qui jetait les bases nécessaires à la recriminalisation de l’avortement. Il a été contesté par un vaste éventail d’acteurs au Québec, dont l’Assemblée nationale, la Fédération des médecins spécialistes du Québec, le Barreau du Québec et de nombreux groupes syndicaux, féministes et de la société civile, dont la CSN.

« La sénatrice Nancy Ruth est en train de confirmer la volonté sournoise du gouvernement conservateur de remettre cette question à l’ordre du jour. Elle confirme également la culture d’intimidation en vertu de laquelle si vous n’êtes pas d’accord, vous n’avez qu’à vous la fermer ! Toute critique ou opposition est sanctionnée. La liberté d’expression est brimée, l’action citoyenne sapée ; ce qui fait du Canada un État des plus antidémocratiques sous la houlette conservatrice. Ce chantage immonde doit cesser immédiatement », d’exiger la présidente de la CSN.

La Confédération des syndicats nationaux est composée de 2100 syndicats qui regroupent plus de 300 000 membres.

Articles reliés

Nouveau taux salarial – Avril 2024

Vérifiez bien vos paies, votre taux salarial vient d’augmenter ! Contactez le service des […]

Un correctothon dans l’Agora

Des militant·e·s du Syndicat des étudiant·e·s employé·e·s (SÉTUE) de l’Université du Québec à Montréal […]

PV de l’Assemblée Générale du 1er février 2024

Vous pouvez consulter le procès-verbal de la dernière Assemblée générale du SÉTUE ayant eu […]